Journal de Bord

Le Poulpe a vu le désert, le sel et le sable !

Une fois notre demande de visa ouzbek déposée, notre boussole fixée et le stock d’eau constitué nous pouvons mettre le cap au Sud. L’occasion pour nous de passer une première nuit dans ce que nous pensions être un désert. La chaleur devient de plus en plus écrasante et l’ombre se raréfie. En guise de végétation de nombreux arbustes recouverts d’épines et courts sur tronc. Un endroit idéal pour jouer un peu d’accordéon !

 IMG_0625[1]

Petite pause à Qom pour admirer le mausolée d’un très saint homme, une tradition chiite en vogue au pays des mollahs, malheureusement pour nous ce tombeau est réservé aux seuls vrais croyants ! Qu’il en soit ainsi et que le Poulpe file vers Kashan, toujours plus au sud. L’architecture se transforme, les constructions en briques s’effacent derrière une architecture de terre et de paille aux formes arrondies. Le bazar est spacieux et les allées fraîches durant la nuit. De nombreux palais parsèment la ville de leurs tours cubiques et nous avons vraiment pris plaisir à passer du temps à Kashan malgré les températures accablantes.

 IMG_0684[1]

Entre temps un guide local nous a parlé de Marenjab, un caravansérail, aux portes du désert, au bord d’un grand lac de sel. Nous partons donc de nuit à la découverte des dunes. Le Poulpe en profitera pour faire ses premiers essais, concluants, de conduite sur sable et miraculeusement aucun ensablement ne sera à déplorer. Le campement est établi sur une rive de cette grande mare de sel. Tout autour de nous le silence. Heureusement notre premier scorpion iranien viendra vite apporter une distraction nocturne ! De bien belles bêtes loin d’êtres farouches ! Puis aux environs de 5h, un vent puissant, à décoller les tentes non fixées, commence à souffler secondé peu après par une armée d’énormes camions. Désert, désert, désert ?!? Le temps de visiter Marenjab, de jouer avec un troupeau de dromadaires, de glisser sur les dunes et nous voici repartis toujours plus au sud. Direction Isfahan. Il fait chaud, de plus en chaud, heureusement la ville est truffée de parcs. Les iraniens viennent passer la journée sous les arbres, assis sur de grands tapis déployés dans l’herbe sur lesquels ils cuisinent, jouent aux cartes et fument la chicha. On y rencontre facilement du monde, y compris des français, et on y passe du bon temps.

IMG_0746[1]

Plus au centre les bâtiments sont trop nombreux pour que nous puissions tous les explorer. Nous avons tout de même trouvé le temps  pour visiter le bazar bien sûr et ses très nombreux caravansérails, la mosquée réservée aux femmes, un palais et un musée d’art contemporain. Un drôle d’endroit inconnu des locaux comme des touristes ou figuraient une exposition spécialement dédiée au curateur du musée et une autre consacrée aux illustrateurs allemands de livres pour enfants ?!? Le tout entrecoupé de thé, de desserts au riz et à la rose, de crème d’aubergine au poulet et de bouillon de mouton aux herbes.

IMG_0761[1]

Bravant la tempête de sable nous remontons sur la capitale iranienne pour finaliser la procédure de visa ouzbek et lancer les formalités turkmènes. L’occasion, aussi, de retrouver quelques copains de route.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Journal de Bord »

  1. Difficile de projeter en Iran, le Turménistan on n’en parle pas, la frontière Ouzbek a été franchie grâce à une joli complainte à l’Ukulélé et le kirghizistan nous apparaît comme un petit paradis. La bise au Robinson et à a sa vendredi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s