Journal de bord du 24 août au 8 septembre

La fin approche, nous retournons doucement vers Bichkek empruntant une vallée à l’écart de tout. Nous passons trois jours coupés du monde, ne croisant quasiment personne, pas un berger à l’horizon, et Dieu sait que les bergers sont partout au Kirghizistan !  Autour de nous s’élèvent des glaciers, et à nos pieds coule une petite rivière. L’eau est très froide, mais nous sommes plus que chauds pour tenter la pêche           au filet, filet construit par nos petites mains, reproduction fidèle de ceux des locaux. En une heure et demie nous arrivons à avoir assez de petits poissons pour se faire une bonne brandade !

IMG_2197IMG_2198

Une fois arrivés à Susamyr, premier village à la sortie de la vallée, nous sommes heureux de revoir du monde et organisons une projection pour le soir même.  On ne peut pas dire que Susamyr respire la joie et la bonne humeur, les rues en terre battue sont désertes, pas une maison n’a tous ses carreaux entiers (ça doit donner l’hiver à -20°), tous les 30 mètres se dresse une pompe à eau, ce qui veut dire que les maisons n’ont pas l’eau courante, il n’y a pas de bus pour rallier les autres villes, bref, un sacré endroit. La projection sera à l’image de ce village : déserte. Six spectateurs. A la fin de la projection chacun repartira chez soi, sans échanger un mot.

IMG_2212IMG_2232

Le lendemain nous relançons l’opération pêche au filet sous les yeux étonnés de trois frangins venus eux aussi pêcher, seulement eux ont un filet vingt fois plus long que le notre. Ils nous disent pêcher une centaine de kilos par jour, on ne sait pas trop si nous devons les croire car ils nous suivent tout le temps que nous pêchons. Grand mal nous en prit d’avoir ces mauvaises pensées car une fois que nous sortons de l’eau ils se mettent à pêcher, et en une vingtaine de minutes ils ont déjà pris une dizaine de kilos. Cette petite mise à l’amende en bonne et due forme ne nous empêchera pas de savourer nos petits poissons cuits au barbecue.IMG_2256

De retour à Bichkek les choses sont plus mouvementées, d’autant plus que nous arrivons pour la fête de l’indépendance, la fête nationale, qui a lieu de 31 août. A cette occasion chacun peut aller assister gratuitement à l’hippodrome à des matchs de kok boru le roi des sports en Asie centrale. Deux équipes s’affrontent à cheval, les joueurs doivent se faire des passes avec un mouton mort et tenter de marquer en jetant l’animal dans les buts. Les gradins sont pleins à craquer, on trouve les spectateurs étonnement calmes, ce qui n’empêche pas pour autant  les paris d’aller bon train.IMG_2273IMG_2290IMG_2295

Le soir la journée se clôture par un traditionnel feu d’artifice.

Fin des festivités, retour dans le réel, à savoir, obtenir notre visa pour la Russie, on se démène, une fois de plus nous sautons d’administration en administration, et au bout d’une semaine nous le recevons enfin ! Grand soulagement. Certains se voyaient déjà passer l’hiver au Kirghizistan…

Nous profitons de cette semaine pour faire tout plein de confitures, voir les copains, installer des LED tunning dans le camion pour y voir plus clair, faire deux projections, l’une dans un orphelinat et l’autre dans un parc du centre ville et surtout pour manger une dernière fois nos plats préférés

.IMG_2338IMG_2399

Nous voilà maintenant prêts pour de nouvelles aventures !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s