Journal de bord du 27 septembre au 15 octobre

Après la pluie, le beau temps. Pour notre grand plaisir, ce proverbe s’est vérifié pour la quinzaine suivante, où nous avons pu découvrir trois visages de la Géorgie assez différents. Nous avons d’abord rejoint la Svanétie, une des régions qui se trouve sur la chaîne du Caucase. Avec ses montagnes atteignant les 5 000 m, ses petits villages de pierre et son grand nombre de tours, érigées au fil des siècles par chaque famille pour protéger ses biens, cette région est magnifique. Par bien des manières, elle peut rappeler la Corse, avec des petits vieux assis en rang d’oignon, tout de noir vêtu, qui commentent le peu de vie de la rue. Nous en profitons pour explorer les environs et nous dérouiller les jambes. Le camion sent bon l’automne, les champignons sèchent et les noix jouent aux maracasses dans leurs filets. Les sentiers boueux auront tout de même raison du pot d’échappement du poulpe, et plusieurs séances de musculation dans la boue et la poussière seront nécessaires pour le remettre plus ou moins en place.

Après le Poulpe à la montagne, c’est le Poulpe à la mer. Nous visitons la ville de Poti, le plus gros port industriel de Géorgie…pas très impressionnant. Mais derrière les maisons délabrées et biscornues, nous dénichons une jolie plage de sable fin. On s’offrira même le luxe d’une baignade en octobre à la mer noire, avec pour seule voisine une paisible vache.

IMG_2844

 Après nous être débarrassés à regret de notre camarade Sophie, nous nous enfonçons dans l’arrière pays. Les rivières sont superbes et les eaux limpides, les bords de routes regorgent d’arbres fruitiers et nous tendons régulièrement le bras pour se saisir d’une pomme ou d’un kaki. Attention cependant à la conduite, les routes sont encombrées…non pas de hordes de touristes qui viennent admirer les paysages, mais de vaches et de cochons. Plutôt attachant l’animal, il se frotte contre le poulpe à réveiller nos dormeurs et nettoie tous les déchets organiques des rues, dont nos résidus de préparation de confiture. Adrien proposera même, à de multiples reprises, d’instaurer le cochon comme éboueur dans nos villages et villes de France.

Nous sommes venus dans cette région pour leurs vins, vantés par l’office du tourisme. Mais vin tu ne boiras point… nous aurons beau chercher, pas de caves ni de bouteilles à l’horizon. Ils ont d’abord indiqué la route des vins sur les cartes avant de former les vignerons… Rassasiés de nature, nous nous dirigeons vers les termes de Menji. Un joyeux luron, qui traîne sur la route et à qui nous demandons notre chemin, monte sans façons dans notre camion et, en nous parlant politique en russe, nous indique une petite maison, perdu au milieu d’un champ. Voila les termes ! Une bicoque ouverte à tout vent, avec un petit bassin d’eau thermale, de laquelle émane une forte odeur de souffre. Ce monsieur sentait fort l’alcool et était un peu intrusif, mais sans lui, nous n’aurions jamais pu trouver.

Enfin, nous continuons vers le sud le long de la mer noire pour atteindre la ville de Batumi, pas très loin de la Turquie. Cette ville portuaire montre un autre visage de la Géorgie, complètement différent. Moderne, design, propre, riche et kitch. Nous avons particulièrement apprécié la fontaine dont les jets sont harmonisés à la musique ainsi que les très nombreuses fausses colonnes grecques qui ornent une grande partie des bâtiments publiques de la ville. Avec ses grands gratte-ciels et ses petites rues pavées bordées de lampadaires « Paris 1920 », cette ville à toutefois un certain cachet. Il n’empêche que derrière les fausses façades, les murs sont décrépis et les musées sont fermés…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s