Journal de bord du 12 au 25 février

Aller plus à l’est ? Impossible ! A moins d’aller s’échouer sur quelque île grecque. Nous hissons le foc, dégainons la boussole et filons en direction du Nord.

Mais pas trop vite car à peine a-t-on fait vingt kilomètres que nous retombons sur nos copains circassiens et rendez-vous est pris pour faire recroiser nos routes une centaine de kilomètres plus loin. La côte est belle, il fait un temps superbe, on a envie d’en profiter alors on s’arrête dans un petit village qui a les pieds dans l’eau et où l’on troque notre canne à pêche pour un balai. En effet le bateau de pêche a rejeté des poissons qui ont l’air d’être tout à fait appétissants !

IMG_3858

Dans le village il n’y a pas grand monde, les cafés sont fermés pour l’hiver, impossible donc de lutter contre l’appel de la Terrace avec vue sur la mer.

IMG_3855

Plus au Nord, changement de décors. Béton, usines et villages grillagés abandonnés. On hésite, sont-ils pleins à craquer l’été ou bien doit-on y voir une succession de projets immobiliers ayant échoué ?

IMG_3853

Encore quelques kilomètres à parcourir et nous retrouvons Nicolas avec qui nous avons prévu de faire une soirée cinéma-feu. Une fois le bon village trouvé, un petit hameau au bord de l’eau abritant une cité antique, nous installons notre campement. Rapidement tout le village nous connaît, l’ambiance y est bon enfant, malheureusement il fait froid et il souffle sur le village un petit vent frais. 10° au compteur, on ne se démonte pas, on lance l’opération « Cinéma et spectacle de feu », au début il n’y a pas grand monde, mais peu à peu la foule s’épaissit et tous ceux qui ont loupé le spectacle de feu du début de soirée ne veulent pas être en reste, alors Nicolas fait un bis ! Pas si loupée que ça la soirée donc !

Le poulpe remballe son écran, ses fils et son personnel et continue sa lente remontée de la Turquie. Alors là c’est le pompon ! Maxi béton, hôtels gigantissimes, parcs de jeux, et barbelés tout autour de la côte. Nous passons notre chemin et piquons vers les terres. C’est plus joli, plus calme, en plus c’est jour de marché, retour à la normale ! Nous rangeons poulpi à côté d’un cirque et à peine a-t-on le temps de couper le moteur que les clowns et le directeur viennent nous voir, nous voici chez nous, on peut aller et venir comme on veut, on peut prendre l’eau, tirer sur l’électricité. D’ailleurs, voilà que le spectacle va commencer, on nous appelle, prenez-place nous dit-on ! Et voilà comment nous passons deux jours sous le regard bienveillant d’une troupe patchwork, dont les artistes viennent d’un peu partout, n’ayant pas toujours une langue commune pour communiquer. Farsi par ci, russe par-là, turc un peu, anglais parfois.

Allez, encore un petit effort et nous serons en Europe ! La dernière étape avant de remettre un pied sur le vieux continent s’appelle Canakkale. On y fait halte non pas pour visiter son musée archéologique, mais plutôt pour refaire le plein d’huile !

C’est donc les cuves pleines que nous embarquons à bord du bac qui traverse le détroit des Dardanelles, Adieu Asie, Bonjour Europe !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s