Journal de bord du 24 mai au 7 juin

Nouvel épisode d’un Poulpe à la ville. Après des semaines passées dans les forêts et les campagnes nous revoici connecté au grand univers urbain. Nous élisons domicile à la Casa de Cultura Permanente sur les hauteurs de Cluj-Napoca.
La maison a pour principe d’être ouverte à tous les voyageurs, curieux ou bénévoles de passage. Il est possible de venir y manger, d’y dormir, d’y organiser des ateliers, de participer à sa construction, d’aider au jardin ou simplement d’y prendre du bon temps. Sur le papier la description est idyllique dans les faits l’optimisme bon enfant et le refus de prendre en considération les réalités existantes aboutissent à des phases de tensions fluctuantes.

IMG_4788

Il n’empêche, la maison est suffisamment spacieuse pour que tout le monde y trouve sa place, les projets qui lui sont liés sont nombreux, variés et offrent mille et uns moyens de s’investir dans la vie Cluj-Napociaine. Les habitants de passage fourmillent d’idées, de passions, de contacts et il est rare de s’ennuyer.

Plus généralement d’ailleurs la capitale transylvanienne ne  semble pas connaître l’ennui, candidate pour le titre de capitale européenne de la culture, la ville multiplie les festivals, les concerts, les animations, les soirées et autres expositions. Très vite on s’y sent comme un poisson dans l’eau. Au hasard d’un événement Food Not Bomb (mais si rappelez-vous Istanbul !), nous faisons la connaissance d’un groupe de québécois  activistes que nous ne lâcherons plus. Et puis il y a Marine (clique pour voir son site !), une jeune journaliste rigolote et pêchu, que l’on suit ou qui nous accompagne dans l’une ou l’autre de nos vadrouilles !

IMG_4744

Le programme change chaque jour même si le jardinage semble être notre matière favorite. Une fois par semaine, il faut aider Dana, une agricultrice qui fournit une douzaine de paniers de légumes pour une petite Amap. Et puis il y a les québécois qui s’occupent de plusieurs potagers en villes et puis aussi l’association EcoRuralis qui tente de préserver et de propager des semences libres provenant de souches locales. C’est l’époque de l’acacia et du sureau pour les conserves et les sirops. Les fraises rougissent et les bocaux de confitures sont à remplir pour l’hiver.

Les Québécois, toujours eux, organisent ce soir une soirée pizzas, fougasses et bière maison dans leur nouvelle maison/local, vite, vite, vite. Mais le lendemain c’est au tour du légendaire Danaga de remixer de vieux accords roumains sur de la musique électronique. Mazette mais aura-t-on encore assez de force pour assister à la performance technelectro dans les gorges naturelles de Cheile Turzi.
Vite un oignon vert du jardin, passe-moi la zacusca énergie on doit aller jouer à la pétanque, un peu de fromage et hop on file voir Manu chao…

Soirée

Crédit photo : Marine Leduc

Décidément il n’y a pas à dire la ville c’est rapide et il y a tant à faire, tant de roumains à qui parler, tant de hongrois (la grosse minorité locale) avec qui se lier, tant de bars où traîner, tant de jardins à défricher, tant d’énergie à dépenser qu’on n‘arrive plus à s’arrêter.

Poulpe

Crédit photo : Marine Leduc

Pourtant il nous faut filer, La Casa a besoin de place pour de nouveaux arrivants et nous voulons vraiment passer un peu de temps dans les montagnes.
Un dernier concert pour la route, un nouvel américain dans la soute et nous voilà parti pour de nouvelles aventures mais cette fois plus champêtres !!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s