Journal de bord du 8 au 21 juin

Un Américain dans les poches, et nous voici repartis !
Saute la puce et bondit le mouton, nous voici en terre Saxe de Roumanie, championne des églises fortifiées aux serrures démesurées.

Au rayon fortifications encore et toujours, nous déplaçons notre campement à Sighisoara, ville fortifiée classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Au sol des pavés, en l’air un clocher, au milieu des japonais ! Voilà bien longtemps que nous n’avions pas vu de telles hordes de touristes.

Bon cette fois c’est la bonne, on s’écarte définitivement des villes. On sort notre carte MARCO POLO IGN Roumanie 1992 et on suit les routes vertes (=joli paysage) où s’échelonnent les villages marqués  de une voire de deux étoiles. Drôle de choix. On se retrouve balancés dans un univers touristique digne d’un film est allemand des années 60. Faux chalets où s’étalent d’inutiles souvenirs fabriqués en Chine, des friteries, de grands parkings. Heureusement il y a plein de balades à faire autour, toutes chouettes, rocailleuses ou forestières, parfois pluvieuses.

Car oui, la pluie est bien de la partie. Chaque jour apporte son nouveau lot de gouttes, mais c’est tant mieux, nous n’avons que plus de temps pour jouer au Ligretto avec Clifton l’américain tatoué qui vadrouille avec nous.
Mais le Ligretto c’est épuisant et le chou ça va un temps mais il vient un moment où il est bon de l’accompagner de fromage. Et ça tombe bien car les hongrois des montagnes, la minorité majoritaire du coin, produisent dans leurs alpages un fromage à pâte cuite, le cascaval (prononcer kachkaval). Seul nuage dans le ciel gris, les fromages ne s’achètent qu’entier, 10-12 kilos minimum et ni nos sourires, ni nos têtes de touristes curieux ne feront changer d’avis ces fiers gaillards. Après quelques négociations avec un voisin, un voyage en pick-up chez son pote nous trouvons le moyen d’acheter nos ridicules 2,5kg de fromage à un fermier hongrois. A notre arrivée l’éleveur finit tout juste de se raser, tandis que jaillissent des ondes saxes de vieux tubes allemands, un verre de bière plus loin et nous prenons  possession de notre futur casse-croute dans une ambiance far-west façon magyar.

La semaine se terminera sous la pluie et le soleil dans les ravissantes collines qui bordent Targu Mures à aider des joyeux zozos pour l’organisation d’un sacré festival.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s